L’avenir du jeu de poker d’ici quelques années

Pour de nombreux joueurs, un titre sur l’EPT a depuis longtemps représenté la consécration ultime. Mais au début de l’année 2017, la donne pourrait sûrement changer. Auparavant, gagner un tournoi de l’EPT était vraiment exceptionnel. De quoi changer toute une carrière, et de proposer des contrats de sponsoring à de multiples joueurs, comme Bertrand Grospellier, Vicky Coren, Jason Mercier, Liv Boeree ou encore Noah Boeken.

Depuis des années que les tournois de l’EPT n’ont cessé d’évoluer et de grandir. Au tout début, c’était seulement un tournoi d’un jour avec une cagnotte de 1 000 euros. Aujourd’hui, ils sont devenus de véritables festivals qui s’étendent sur deux semaines, comprenant des milliers de joueurs et plus de 100 tournois. Mais à la grande surprise des adeptes de ce tournoi, PokerStars a annoncé son arrêt définitif.

Un marché de plus en plus concurrentiel

Lors du grand final de la 3ème édition de l’EPT en 2007, le gagnant pour la première fois a remporté environ un million d’euros. En effet, Gavin Griffin à cette occasion a gagné la somme de 1,8 million d’euros. Un gain deux fois supérieur à ce que le précédent vainqueur a remporté.

Et durant les cinq ou six années suivantes, le développement de l’EPT s’est fait de manière vraiment exceptionnelle. Toutefois, après des années de croissance effrénée, le marché a connu une véritable saturation.

Une régression fulgurante du nombre de joueurs

Le titre perdait de sa valeur, en raison d’un vainqueur chaque mois.  L’enseigne a alors décidé d’essayer de nouvelles destinations, mais le nombre de joueurs diminuait de moins en moins. Après deux ans, seuls les tournois de Barcelone et de Prague présentaient encore une progression.

Ainsi, PokerStars a pris la décision de diminuer le nombre d’étapes pour que celles restantes soient beaucoup plus intéressantes. En parallèle, on note également une concurrence de plus en plus rude.

Paris va accueillir des clubs de jeux expérimentaux

L’Assemblée nationale vient de donner leur accord pour la création de clubs de jeux dans la capitale française. Cette mesure est comme une suite logique au projet de loi sur le statut de Paris. L’objectif de ce dispositif est de changer les cercles de jeux par des clubs, qui seront mieux régulés par l’administration.

On parle aujourd’hui d’une expérimentation qui va s’étendre sur trois ans. Selon Patrick Mennucci, le rapporteur PS, le secteur du poker et des jeux d’argent sera ainsi assaini. De plus grâce à cette mesure, les fonds utilisés pour l’établissement de ces clubs de jeux seront mieux contrôlés. Et le plus important pour l’État est qu’avec cette loi, les entreprises seront désormais assujetties à l’impôt sur les sociétés.

Une décision qui fait débat dans la capitale

Certes, la création de ces clubs de jeu peut être très bénéfique pour Paris, néanmoins certaines parties ne sont pas d’accord avec cela.

On note d’ailleurs dans l’opposition, dont Nathalie Kosciusko Morizet qui rappelons-le a été l’initiatrice de l’ouverture des jeux de casino en ligne en 2010 qui souligne que cette expérience est contraire aux intérêts des parisiens et que c’est juste un projet funeste. Et malgré le fait que ce secteur peut aider la capitale, surtout avec leur taxation à combler certain trou dans les finances de Paris, cette dernière a désapprouvé cette mesure.

L’État et les joueurs seront contents…

La partie des opposants a quelques réticences par rapport au retour des jeux d’argent au cœur de la capitale. Pour Estelle Grelier, secrétaire d’État chargée des collectivités, il ne s’agit pas ici de supprimer l’interdiction d’établir des enseignes à moins de 100 km de la capitale. Notons que la loi du 15 juin 1907, autorise les stations climatiques, thermales, balnéaires et les villes à ouvrir des établissements de casino. Toutefois, la loi de 1920 n’autorise pas l’ouverture d’un casino à moins de 100 km de la ville parisienne.

Il est certain que la suppression des nombreux cercles de jeux à Paris, n’empêche pas l’intérêt que portent les parisiens sur cette activité.

La théorie du complot, très présente dans l’univers du poker

Les médias sociaux et internet offrent actuellement de meilleurs outils et une plus grande place à tous les adeptes des diverses théories du complot. Et le monde du poker n’est d’ailleurs pas épargné avec notamment un grand nombre de joueurs qui n’hésitent pas à accuser les plateformes de poker d’être truquées.

Notez que ces accusations sont vieilles comme le jeu online. Et même s’il vaut mieux en rire, et ne pas considérer la plupart du temps ces allégations peu subtiles et rarement pertinentes, il est quand même important de parler de sujet et d’éclaircir un peu la situation. Et même si certains joueurs sont convaincus que cela existe, il n’en reste pas moins fondé.

Pourquoi de telle allégation ?

La plupart des joueurs qui parlent de complot dans l’univers du poker indiquent notamment que les algorithmes utilisés par ces sites spécialisés sont destinés à les faire perdre. Mais comment cela est-il possible étant donné qu’aujourd’hui la réalité virtuelle permet de jouer en interactivité avec des joueurs réels ?

Le plus souvent, ces perdants accusent les enseignes, puisqu’ils n’acceptent pas ses propres erreurs. En effet, ces derniers devraient plutôt remettre en cause son propre jeu, car en général, le poker est un jeu de stratégie. De plus, il existe aujourd’hui des institutions qui contrôlent les plateformes de poker. Ainsi, avant de jouer, l’idéal serait de bien choisir le site.

Le casino en ligne, un secteur très réglementé

Depuis quelques années, le secteur du poker est régi par l’Autorité de régulation des jeux en ligne ou ARJEL. Tous les sites de casino sont désormais soumis à des réglementations très strictes. Ainsi, si l’on pense que les plateformes trichent, ces dernières risqueront de sévères sanctions de la part de l’administration.

En clair, il n’est plus possible aujourd’hui pour les sites de poker d’arnaquer les joueurs, au risque d’une fermeture ou bien d’une forte amende.